DeutschFrançaisItaliano
HomeContactDownloadsNewsletterAgendaLiens  RSS Recherche:
ACCUEILQui sommes nous?Les défisFormationPOISSON DE L'ANNÉEJOURNÉE DE LA PÊCHEARCHIVESSFV-Shop

La FSP lance une pétition concernant les prédateurs

Dans le cadre de l'Exposition Pêche Chasse Tir, la Fédération Suisse de Pêche, FSP, a lancé une pétition demandant des mesures efficaces contre la voracité des grands cormorans, des harles bièvres et des hérons cendrés.

Par une pétition approuvée par son Comité central, la Fédération Suisse de Pêche, FSP, demande au Conseil fédéral et aux Chambres de modifier la législation fédérale régissant  la chasse et la protection des oiseaux de sorte que les cantons puissent « rapidement prendre des mesures propres à limiter durablement » les effectifs de grands cormorans, de harles bièvres et de hérons cendrés. Ce faisant, il faudra tenir  équitablement compte des autres espèces d'oiseaux protégées.

En formulant cette réserve, la FSP veut démontrer qu'elle ne considère pas la protection d'espèces menacées ou en voie de disparition comme une vaine promesse. A ce propos, elle tient à rappeler que l'Association suisse de la protection des oiseaux ne se gêne pas d'intervenir massivement contre des espèces d'oiseaux non désirables, par exemple le tadorne casarca dont elle ne souhaite rien moins qu'elle disparaisse de la nature. Il ne viendrait pas à l'idée des pêcheurs et des pêcheuses d'exiger des campagnes d'éradication aussi radicales.

Raccourcir la période de protection
Comme mesure immédiate, on demande de réduire de trois mois la durée de la période de protection des cormorans. Le cas échéant, le garde-chasse doit pouvoir autoriser des tirs sélectifs si les chasseurs n'abattent pas suffisamment d'oiseaux. La FSP est d'avis qu'il faut absolument adapter la période de protection des cormorans à la réglementation de nos proches voisins étrangers, pour éviter que ces prédateurs ne se réfugient en Suisse. Si on leur fiche la paix en Suisse, leur voracité n'aura plus de limite. La FSP attend aussi des cantons qu'ils raccourcissent la période de protection dans les limites de leur compétence.

La FSP demande que des mesures soient prises pour réguler l'effectif des cormorans, aussi dans la réserve naturelle du Fanel sur les rives du Lac de Neuchâtel.

Dans les réserves aussi
La pétition demande en outre que « des mesures appropriées pour réguler les populations » desdits oiseaux puissent aussi être appliquées dans les réserves ornithologiques « dans la mesure où elles toucheront peu les espèces d'oiseaux protégées qui y vivent ». La FSP attend que l'ordonnance sur les réserves d'oiseaux d'eau et de migrateurs d'importance internationale et nationale (OROEM) soit révisée à cette fin. 

Le point de mire est la réserve ornithologique internationale du Fanel sur le Lac de Neuchâtel, près de Cudrefin .Depuis que le premier couple nicheur de cormorans y a été recensé en 2001, la population des oiseaux nicheurs a explosé depuis lors et croîtra encore s'il ne se passe rien. Des mesures s'imposent également ailleurs.

Dédommagement
La législation sur la chasse n'autorise pas de dédommagement pour les dégâts causés par les oiseaux piscivores, contrairement aux dégâts provoqués aux cultures agricoles par le gibier. Mais c'est un fait : les pêcheurs professionnels sont victimes des dégâts causés par les cormorans. Ces oiseaux piscivores trouent les filets, dérobent les poissons qui y sont capturés ou les blessent. Ainsi touchés, les poissons ne sont plus vendables. La FSP s'engage pour que les pêcheurs professionnels soient dédommagés à l'avenir. Il faut que la notion de dommage soit précisée dans ce but dans les dispositions légales qui règlent la chasse. 

Au cas où on renoncerait à servir des indemnités aux pêcheurs professionnels et aux pisciculteurs, il faudrait pour le moins les autoriser à prendre des mesures individuelles de protection aussi contre les harles bièvres et les hérons cendrés encore protégés, autrement dit leur permettre d'abattre ce genre d'oiseaux. D'après le droit en vigueur, des mesures individuelles de protection ne sont autorisées qu'à l'égard des cormorans.

Chacun peut signer
Selon l'article 33 de la constitution fédérale, le droit de pétition est un droit fondamental.  Contrairement au droit d'initiative et au droit de référendum, il peut être exercé sans formes spéciales de procédure. Chaque habitant, suisse ou étranger, ainsi que les jeunes n'ayant pas le droit de vote, peuvent signer la pétition. Les autorités à qui elle est adressée doivent en prendre connaissance, mais elles ne sont pas contraintes de donner suite à ses revendications. Même s'il ne peut pas lui être donné suite sur le fond, la pétition ne reste jamais lettre morte.

Ce sera aussi le cas pour la pétition sur les prédateurs. Pour obtenir des listes de signatures, on peut s'adresser à la Fédération Suisse de Pêche, Case postale, 8201 Schaffhouse ; sfv-fsp(at)gmx.ch; tél 079 794 68 03, ou on peut les télécharger via le site de la FSP. La récolte de signatures se termine à la fin d'avril 2008.

tip-a-friend print

DOSSIERS EN LIGNE

La FSP a établi les dossiers en ligne détaillés sur les principaux domaines suivants :

Pesticides

Argumentaire des initiatives des pesticides et sur l'eau potable

Dossier Doubs

Online Dossier - sauver le Doubs

Migration piscicole vers l’aval (dévalaison)

Dossier en ligne  Le chemin de retour négligé

La petite lamproie

Dossier en ligne

FSP-Facebook

Visite la FSP sur Facebook

 

 

Commandez la Newsletter FSP

Commandez notre Newsletter et restez informé!

Abonnez-vous maintenant

Compte pour les dons FSP

CCP: 30-444852-8

 
Design & Technology by YOUHEY Communication AG, Burgdorf, Switzerland.