DeutschFrançaisItaliano
HomeContactDownloadsNewsletterAgendaLiens  RSS Recherche:
ACCUEILQui sommes nous?Les défisFormationPOISSON DE L'ANNÉEJOURNÉE DE LA PÊCHEARCHIVESSFV-Shop

Les prédateurs : une question politique

La FSP en a assez de la tactique de temporisation adoptée avec succès par les autorités et les protecteurs des oiseaux dans la question des prédateurs. Dorénavant, c'en est fini de jouer dans le bac à sable. La place sera faite à la pression politique de l'extérieur.

La FSP entend faciliter la gestion des oiseaux piscivores - dont le héron cendré - en recourant à la voie parlementaire.

Jusqu'ici, la FSP s'est tenue aux « règles du jeu » fixées par l'OFEV et par les plans de mesures hivernales de 1999 et estivales de 2005, concernant le cormoran. Dans la rétrospective, force est de constater que les deux séances tenues par le comité de résolution des conflits suite à l'extension massive de la colonie nicheuse du Fanel peuvent être taxées de petits jeux dans le bac à sable. La séance plénière du groupe de travail « Cormoran et pêche » du 8 août n'a pas eu beaucoup plus de succès. C'est la raison pour laquelle la FSP entend exercer de la pression politique. Il est probable que des interventions parlementaires concrètes auront lieu durant la session d'automne des Chambres fédérales, pour que soit enfin mise en place une gestion efficace de tous les oiseaux piscivores, soit le grand cormoran, le harle-bièvre et le héron cendré, et pour que soit enfin maîtrisée la question de la colonie nicheuse du Fanel qui totalise entretemps plus de 200 couples.

L'OFEV a confirmé lui-même à quel point la situation était alarmante quant aux grands cormorans. Selon son communiqué de presse du 10 août 2007, plus de 600 oiseaux nicheurs ont été répertoriés en Suisse cet été, « ainsi qu'un nombre encore plus élevé de juvéniles ». L'OFEV constate en outre que « cette évolution reflète l'expansion de cette espèce piscivore observée dans toute l'Europe centrale. » Rappelons que les premiers cormorans nicheurs ont été recensés en Suisse en 2001 ! C'est donc une véritable bombe à retardement, même si la Station ornithologique de Sempach fait encore état sur son site (www.vogelwarte.ch)  d'un effectif de « 0 à 7 couples ».  

Des experts pour confirmer la situation conflictuelle
Et pourtant l'OFEV a de nouveau opté pour de l'attentisme après la séance que le groupe de travail a tenue en août. Il relève à juste titre sur le plan juridique, l'importance internationale de la réserve du Fanel et les problèmes que poseraient des interventions dans des « régions aussi prioritaires pour les oiseaux ». Mais il faut comprendre que la FSP est consternée - pour ne pas dire plus - d'apprendre que le même OFEV, qui connaît parfaitement la situation au Fanel, commande deux enquêtes (l'une sur les dommages causés par les cormorans aux filets des pêcheurs professionnels et l'autre sur les « conséquences probables d'une régulation des colonies de cormorans »), simplement pour savoir si « les rapports d'experts confirment la situation conflictuelle ». Et l'assurance donnée par l'OFEV qu'il serait disposé « à envisager une adaptation des objectifs de l'ordonnance de protection » - pour le Fanel bien entendu - à condition que les rapports d'experts confirment la situation conflictuelle et que des possibilités efficaces d'intervention dans la population nicheuse soient démontrées, et bien cette assurance confine à du cynisme. L'OFEV sait parfaitement que ces possibilités existent, tout comme il connaît la situation conflictuelle qui perdure depuis des années.
Il semble cependant que l'Office fédéral de l'environnement reconnaît insensiblement que le grand cormoran est une espèce d'oiseau qu'on peut en principe chasser et ne nécessite plus la protection intégrale qu'offre la réserve du Fanel. Il envisage donc d'apporter une précision dans l'ordonnance sur les réserves d'oiseaux d'eau et de migrateurs d'importance internationale et nationale (OROEM), en ce sens que « l'objectif de protection de la nidification ne s'applique pas à toutes les espèces, mais avant tout aux espèces menacées». La modification correspondante de l'OROEM étant du ressort du Conseil fédéral, des interventions ne pourraient  pas avoir lieu avant la saison de nidification 2009 ( !), selon l'OFEV.

Huilage politique
Rien de nouveau. On sait que les moulins de l'administration tournent lentement. Mais on sait aussi qu'il existe des produits d'huilage particulièrement efficaces pour faire accélérer les rouages. Par exemple : les interventions parlementaires et la pression politique de l'extérieur. La FSP a décidé d'augmenter cette pression, petit à petit. Ainsi, le sujet des prédateurs sera  thématisé pour le public lors de la prochaine exposition « Pêche Chasse Tir » qui aura lieu du 20 au 24 février 2008. Une campagne politique durable complétera cette action.

Entretemps, on peut rappeler les possibilités qu'offre la loi sur la chasse. Par des autorisations ad  hoc, les cantons peuvent permettre la chasse au cormoran dans des zones dites de non-intervention, c'est-à-dire des lacs de plus de 50  hectares et des retenues fluviales. Le canton de Berne fait un large usage de cette possibilité. Le canton de Neuchâtel pourrait lui emboîter le pas.


Fin de la course aux élections fédérales

La fin de la course aux élections fédérales a commencé. Les pêcheurs et leurs organisations en sont pratiquement exclus. Espérons que ce n'est pas un mauvais présage pour les résultats du 21 octobre.

L'appel lancé par le magazine Petri-Heil aux organisations cantonales de pêche, les invitant à annoncer les candidatures au National et aux Etats qu'elles soutiennent, a produit une maigre récolte. Argovie et Zoug ont annoncé chacun un candidat « digne d'être soutenu». La Fédération cantonale bernoise de la pêche (FCBP) a, elle, retenu onze noms.

Dans le canton d'Argovie, c'est Rudolf Jost (PRD) qui est sur les rangs, alors que la fédération zougoise a annoncé Bruno Pezzatti  de Menzingen. Député au Grand Conseil depuis de nombreuses années, il dirige la Fruit-Union Suisse, est aussi membre du PRD et pratique activement la pêche à la ligne. Au nombre des onze candidats soutenus par la FCBP, figurent deux personnalités influentes de la fédération: Markus Meyer et Urs Grütter.

Avec le duo Urs Grütter (à gauche) et Markus Meyer (à droite), deux personnalités influentes de la FCBP se lancent dans la lutte électorale.

Chargé d'affaires de la FCBP depuis longtemps, Urs Grütter est un pêcheur passionné. Il figure sur la liste hommes de l'UDC. Avocat ayant son propre cabinet, il a remporté - au nom de la fédération et au nom de quelques girons - un succès dans plusieurs bagarres juridiques. Objectivement vu, ses chances d'être élu sont malheureusement minces.

Les chances du second avocat sur le ticket de la FCBP sont plus grandes. Markus Meyer, après avoir exercé son premier métier de maçon, est aujourd'hui avocat et Dr en droit. Il occupe une place en vue sur la liste hommes du PS. Il faut noter que deux des élus actuels ne se représentent plus. Mais, le vice-président de la FCBP a un léger handicap à combler. Provenant de la région de la Haute-Argovie, il doit se faire connaître dans les grandes agglomérations du canton de Berne où le PS glane le plus de suffrages, comme l'expérience le prouve. En qualité de député au Grand Conseil, Markus Meyer a fait preuve de beaucoup d'efficacité, également dans les questions relatives à la protection des eaux : renaturation, débits résiduels, protection contre les crues proche de l'état naturel etc.). S'il entrait au Conseil des 200, nous pourrions compter sur un lutteur compétent et vaillant au service de la cause des « eaux vivantes », sous toutes ses facettes. Ce sont des représentants de cette trempe dont nous avons besoin!


On cherche un chargé d'affaires

Le poste laissé vacant par le départ à la retraite de Tobias Winzeler sera repourvu.

Le président central de la FSP, Werner Widmer, assure depuis le 1er mars 2007 la fonction de chargé d'affaires à titre intérimaire. Du fait qu'il a pris sa retraite, il peut consacrer 25 pour cent de son temps à cette activité. Helena Diggelmann le seconde dans le domaine administratif.

L'engagement d'un chargé d'affaires sous contrat de mandat mettra fin à ce régime au plus tard au printemps 2008. Le Comité directeur (CD) a approuvé le texte de la mise au concours lors de sa première séance après la pause d'été. Dans les limites du budget pour le secrétariat, approuvé par l'Assemblée des délégués (AD), une indemnité forfaitaire (y compris les débours) sera servie à Werner Widmer jusqu'à ce que le nouveau chargé d'affaires entre en activité.

Secrétariat  » attestation de connaissances »
Le CD a pris connaissance avec satisfaction de la décision de l'OFEV de confier à la FSP et à l'éditeur Verlag Jahr & Co (Petri-Heil et Brevet suisse du pêcheur sportif) le secrétariat pour l'« attestation de connaissances », donc la gestion de l'attestation de connaissances obligatoire à partir de 2009, qui avait été mis au concours public. Les détails de ce mandat pourront être fixés et Ruedi Hauser, membre d'honneur, s'occupera pour la FSP de cet objet jusqu'à sa conclusion.

Révision des statuts
L'AD 2007 a pris les décisions sur le fond de la réforme des structures de la FSP, ce qui permettra de déterminer les structures de l'organisation et d'adapter les statuts en conséquence. L'AD de 2008 aurait dû en principe statuer sur ces objets. A différents égards, cette planification était trop ambitieuse et inadaptée. En effet, depuis des mois, la direction de la fédération est totalement absorbée par des questions qui demandent beaucoup de temps, par exemple l'accompagnement de l'initiative « Eaux vivantes », la question des prédateurs et la protection des animaux. Sans compter qu'il serait peu indiqué de fixer les nouvelles structures en l'absence du chargé d'affaires. C'est la raison pour laquelle le CD a décidé de proposer au Comité central (CC) de repousser la révision des statuts à l'AD de 2009.
Le CD a décidé que la FSP adhérerait à l'association « Non à une initiative contre nature ». Cette association coordonne la campagne de votation contre l'initiative populaire des radicaux zurichois qui demande l'abolition du droit de recours des organisations. La FSP ne veut pas et ne peut pas renoncer à cet outil juridique.

tip-a-friend print

DOSSIERS EN LIGNE

La FSP a établi les dossiers en ligne détaillés sur les principaux domaines suivants :

Pesticides

Argumentaire des initiatives des pesticides et sur l'eau potable

Dossier Doubs

Online Dossier - sauver le Doubs

Migration piscicole vers l’aval (dévalaison)

Dossier en ligne  Le chemin de retour négligé

La petite lamproie

Dossier en ligne

FSP-Facebook

Visite la FSP sur Facebook

 

 

Commandez la Newsletter FSP

Commandez notre Newsletter et restez informé!

Abonnez-vous maintenant

Compte pour les dons FSP

CCP: 30-444852-8

 
Design & Technology by YOUHEY Communication AG, Burgdorf, Switzerland.