DeutschFrançaisItaliano
HomeContactDownloadsNewsletterAgendaLiens  RSS Recherche:
ACCUEILQui sommes nous?Les défisFormationPOISSON DE L'ANNÉEJOURNÉE DE LA PÊCHEARCHIVESSFV-Shop

Menu copieux pour la 124e AD de la FSP

Le cormoran, l'attestation de connaissances en matière de protection des animaux, l'initiative « Eaux vivantes », les structures de la fédération et les élections, autant d'objets traités par l'assemblée des délégués 2007 de la FSP.

L'oiseau à plumage noir fut sans doute le sujet principal de la 124e assemblée des délégués (AD) à Olten (voir rapport spécial). Les délégués ont également suivi avec intérêt les exposés sur les autres objets de l'ordre du jour.

Attestation de connaissances
Dès 2009, il sera nécessaire de prouver qu'on dispose de connaissances suffisantes en matière de protection des animaux, pour pouvoir capturer des poissons. La FSP a fait le nécessaire pour que le « bagage scolaire » ne prenne pas les dimensions du barda du soldat. Selon le responsable du ressort formation, Rudolf Hauser, l'instrument didactique efficace qu'est le brevet suisse du pêcheur sportif, complété par les contenus de l'attestation des connaissances, sera maintenu. La FSP et Petri-Heil revendiquent la gestion commune de l'attestation. A l'occasion de réunions régionales, la FSP renseignera les responsables des fédérations cantonales et de leurs sociétés, dès que tous les détails auront été réglés.

« Eaux vivantes »
Avec la collaboration de Pro Natura, du WWF et de la Fondation de la Greina, l'association qui soutient le projet « Oui à des eaux vivantes » a été fondée sous la responsabilité de la FSP. Cette association assurera la poursuite des travaux concernant l'initiative de la FSP pour la renaturation. Elle engagera à cet effet un responsable de projet à temps partiel. A en croire Werner Widmer, président de la FSP, qui dirige la nouvelle association, c'est une histoire à succès qui cause des migraines au Palais fédéral.

Réforme des structures
Sur proposition du Comité central, l'AD a approuvé trois principes concernant la réforme des structures « FSP.2020 ». Les voici : 1. Se concentrer sur les tâches essentielles ; 2. Améliorer les connaissances spéciales (expertise) ; 3. Intensifier la communication. Bien qu'ayant quitté le CD, Rudolf Hauser terminera le projet de réforme à titre de mandat, comme c'est du reste le cas aussi pour le shop FSP (jusqu'à fin 2007). Le CD et ses nouveaux membres détermineront les buts à atteindre dans le cadre de la réforme. Il y aura notamment lieu de régler la succession de Tobias Winzeler qui s'est retiré de la fonction de chargé d'affaires.

Laurent Giroud (à gauche) et Roland Seiler sont les deux nouveaux membres du CD.

Elections
Ont été élus au Comité directeur : Roland Seiler, président de la Fédération cantonale bernoise de la pêche (FCBP), Albert Demut, Fédération cantonale zuricoise de la pêche (FKZ) en tant que caissier central, et Laurent Giroud, ancien président de la Fédération neuchâteloise des pêcheurs en rivière (FNPR). Le second siège réservé à la Suisse romande est donc de nouveau occupé.

Hansjörg Dietiker (Association suisse du casting) a été nommé comme nouveau réviseur, et Michael Fiechter de la Fédération de la pêche du canton de Saint-Gall (FVKSG), en qualité de réviseur suppléant.

Rudolf Hauser, Urs Zeller et Rolf C. Auer (de gauche à droite) ont été honorés pour leurs mérites.

Hommages
Pour marquer les grands services qu'ils ont rendus durant de nombreuses années à la FSP en particulier et à la pêche en général, l'AD a élu les membres d'honneur suivants : Ruedi Hauser (Société de la pêche uranaise UFV), responsable des ressorts formation, expositions et shop FSP, ainsi que d'autres mandats, notamment la protection des animaux, d'une part ; Urs Zeller (Fédération cantonale de la pêche de Bâle-Campagne (KFVBL), responsable du ressort eau et environnement ainsi que délégué de la FSP dans la Commission internationale de la protection du Rhin, d'autre part. Tous deux avaient été élus au CD lors de l'AD de Niederurnen en 1996. C'est debout que l'AD a élu par ovation Tobias Winzeler en qualité de membre d'honneur, en signe de

reconnaissance pour les immenses mérites qu'il s'est acquis dans la fonction de chargé d'affaires. T. Winzeler a pris congé des délégués par une intervention pleine d'humour et en leur offrant un apéro riche.

En signe d'hommage, la médaille du mérite de la FSP a en outre été remise à Rolf C. Auer (KFVBL), caissier central depuis l'AD 2000.

Finances
Les comptes 2006 bouclent par un bénéfice de 8'719 francs compte tenu d'un montant de 255'930 francs de recettes et de 247'211 francs de dépenses. Le budget 2007 prévoit également un petit bénéfice de 6'840 francs, la cotisation de membre restant fixée à 7 francs par année. Les comptes et le budget ont été acceptés sans opposition. Le fonds de lutte « Eaux vivantes » en revanche est loin de ce qui avait été porté au budget. A la fin de 2006, il s'élevait à 126'083 francs contre les quelque 330'000 francs désirés !

Dites-le avec des fleurs : Werner Widmer, président, fait sa mea culpa auprès de Margrit Hauser (à gauche) et Erika Winzeler pour leur « fréquent veuvage au profit de la FSP ».
Présences de marque à l'AD : Kurt Meyer, président d'honneur de la FSP (à gauche) et Peter Mohnert, président de la «Verband Deutscher Sportfischer VDSF » et aussi de l'EAA.

Cormoran : la FSP pose un ultimatum

La FSP en a définitivement assez de l'attitude intransigeante des protecteurs des oiseaux et des atermoiements de l'OFEV. Si rien ne se passe, elle dénoncera les plans de mesures concernant le cormoran. La FSP en a définitivement assez de l'attitude intransigeante des protecteurs des oiseaux et des atermoiements de l'OFEV. Si rien ne se passe, elle dénoncera les plans de mesures concernant le cormoran. 

«J'en ai marre! » Par cette constatation, le président de la FSP Werner Widmer a certainement exprimé le sentiment d'une grande majorité des membres du Comité central qui s'est réuni le 5 mai pour préparer l'assemblée des délégués siégeant le même jour. Ce durcissement de ton est imputable à l'attitude dure et intransigeante dont l'Association suisse pour la protection des oiseaux (ASPO) fait preuve à l'endroit de la FSP. Celle-ci demande que soit enfin mis en vigueur le plan de mesures estival dans la colonie nicheuse du Fanel, sur le Bas-Lac de Neuchâtel, où plus de 165 couples nicheurs de cormorans ont été recensés. La FSP estime en effet qu'il est temps de passer de la parole aux actes.

La situation est parfaitement claire. Selon le plan de mesures datant de 2005, dès que plus de 100 couples nicheurs sont présents dans une ou plusieurs des cinq colonies tolérées en Suisse, le comité régional de résolution des conflits se réunit, certainement pas pour boire le thé et échanger de gentils propos, mais pour décider des mesures qui permettront de maîtriser le conflit entre la pêche et la protection des oiseaux. Tout le reste n'est que tromperie.

En connaissance de cause, Erich Staub expose la base légale en vigueur.

L'OFEV hésite
La FSP estime que la politique de l'Office fédéral de l'environnement, hésitante et indécise, n'aide pas non plus à venir à bout du conflit. Et pourtant, selon les explications détaillées qu'Erich Staub, chef de la section pêche et faune aquatique à l'OFEV a données à l'assemblée des délégués, la situation juridique est claire. On peut faire la chasse au cormoran, contrairement au harle-bièvre et au héron cendré. La réserve naturelle du Fanel avec ses deux îles artificielles aux oiseaux se trouve sur territoire neuchâtelois et bernois. Les deux cantons pourraient proposer de prolonger la période de la chasse au cormoran. Ils ne l'ont pas fait jusqu'ici.

Cantons inactifs
Selon l'ordonnance sur les réserves d'oiseaux d'eau et de migrateurs d'importance internationale et nationale (OROEM), les cantons peuvent autoriser « des mesures particulières de développement et de protection des peuplements de poissons », pour autant qu'elles ne compromettent pas les buts visés par la protection des réserves. Cela permettrait donc de piquer ou de sprayer les oeufs couvés. A ce jour, l'ASPO s'y est catégoriquement opposée. Même la chasse serait autorisée, comme pour la protection de l'ombre dans le Haut-Rhin. Selon Erich Staub toujours, les annexes de l'OROEM, qui définissent les zones protégées pourraient être révisées. Le piquant de la situation est que c'est dès le moment où le canton de Neuchâtel a décidé de protéger son « île » contre l'érosion, par des blocs de pierre, qu'elle s'est transformée en île où l'on niche.

Le canton s'est opposé jusqu'ici à l'éloignement des blocs de pierre, ce qui aurait permis à la colonie nicheuse de disparaître en douce.

Marcel Martin présente les problèmes liés au cormoran avec beaucoup de talent oratoire.

Dommages aux filets
Marcel Martin (Gléresse) a représenté avec beaucoup de talent oratoire les pêcheurs professionnels à l'AD de la FSP. Ceux-ci se plaignent en effet depuis des années, à juste titre, des importants dommages que les cormorans causent à leurs filets. Le droit en vigueur n'autorise pas de dédommagement. Selon Erich Staub, en élargissant sur les plans d'eau le périmètre des dommages possibles, un dédommagement pourrait être envisagé par analogie à ce qui prévaut pour le loup et le lynx. Ce serait tout à fait dans l'esprit de la FSP qui soutient, sans réserve, la requête des pêcheurs professionnels, tout en sachant qu'ainsi on ne combattrait que les symptômes sans s'attaquer aux causes du problème. Pour terminer, le représentant de l'OFEV, très conscient des différents problèmes, a estimé qu'il y aurait lieu de trouver une solution pour la surpopulation des harles bièvres, comme le fait le plan de mesures concernant le héron (possibilité d'abattre les individus qui provoquent des dommages).

Les requêtes de la FSP
La situation est donc tout à fait claire. Pour le Fanel, les deux cantons concernés sont interpellés. La FSP attend d'eux qu'ils agissent rapidement et énergiquement. Le canton de Neuchâtel semble être intervenu à Berne, apparemment sans succès. Par conséquent, la FSP attend aussi de l'OFEV qu'il assume sa part de responsabilité et qu'il agisse sans attendre. La séance de la communauté de travail « Cormoran et poissons » pourrait en être l'occasion. S'il n'y a pas de résultats à l'issue de cette rencontre, le Comité directeur de la FSP proposera au Comité central de dénoncer les plans de mesures sur le cormoran. Cette proposition sera certainement approuvée. Conséquence : dans le cadre du droit en vigueur, la chasse au cormoran pourra être réactivée dans les zones au bord des lacs et des retenues fluviales où il n'est pas possible d'intervenir actuellement. Franchement, ce ne serait ni dans l'intérêt de l'ASPO ni dans celui des oiseaux.

tip-a-friend print

DOSSIERS EN LIGNE

La FSP a établi les dossiers en ligne détaillés sur les principaux domaines suivants :

Pesticides

Argumentaire des initiatives des pesticides et sur l'eau potable

Dossier Doubs

Online Dossier - sauver le Doubs

Migration piscicole vers l’aval (dévalaison)

Dossier en ligne  Le chemin de retour négligé

La petite lamproie

Dossier en ligne

FSP-Facebook

Visite la FSP sur Facebook

 

 

Commandez la Newsletter FSP

Commandez notre Newsletter et restez informé!

Abonnez-vous maintenant

Compte pour les dons FSP

CCP: 30-444852-8

 
Design & Technology by YOUHEY Communication AG, Burgdorf, Switzerland.