DeutschFrançaisItaliano
HomeContactDownloadsNewsletterAgendaLiens  RSS Recherche:
ACCUEILQui sommes nous?Les défisFormationPOISSON DE L'ANNÉEJOURNÉE DE LA PÊCHEARCHIVESSFV-Shop

Initiative FSP : 127'535 signatures et (presque) pas d'argent !

Comme on le sait, l'initiative populaire " Eaux vivantes " lancée par la FSP a recueilli 161'836 signatures valables, un résultat brillant rarement égalé. Bien moins brillant est le résultat de la " campagne des billets de 10 francs ".

A en croire la statistique détaillée que Tobias Winzeler, chargé d'affaires de la FSP, a présentée à la séance d'août du Comité directeur (CD), les membres de la FSP, c'est-à-dire les fédérations cantonales et les organisations leur étant affiliées, ont recueilli 102'050 signatures en tout. Bien que tout juste, cela aurait suffi pour assurer le succès de l'initiative populaire, 100'000 signatures validées étant nécessaires. Du fait que des associations et des sociétés non affiliées à la FSP se sont jointes à la campagne de récolte de signatures, le quorum pouvait être atteint haut la main. La fédération de pêche du Tessin a récolté 5'178 signatures vérifiées, trois organisations valaisannes en ont recueilli 738 et une société jurassienne 296, sans compter les 436 autres signatures dues aux efforts d'organisations du reste de la Suisse. Il en résulte que 6'648 signatures sont dues à des non-membres de la FSP. Si l'on ajoute à ces chiffres les 18'160 signatures qu'a rapportées le concours du magazine Petri-Heil ainsi que les 677 signatures dues aux marchands d'articles de pêche, on atteint le très réjouissant résultat final de 127'535 signatures de pêcheurs et de pêcheuses. Ce résultat atteste incontestablement la " capacité " de la FSP de faire aboutir un " référendum ". Ce fait, important dans notre démocratie référendaire, devrait marquer la " classe politique ".

La cerise sur le gâteau
Les signatures récoltées par des organisations " amies " ont été la cerise convoitée sur le gâteau. Le WWF Suisse a remis 17'496 signatures à T. Winzeler, Pro Natura 11'507 et la Fondation de la Greina 7'078. S'y sont ajoutées les signatures de différentes autres organisations, de telle sorte qu'au total 37'034 signatures provenaient des milieux de la protection de l'environnement et de la protection de la nature, dont 86 de la protection des oiseaux. Les canoéistes, qui souhaitent également avoir suffisamment d'eau dans les rivières, ont envoyé 188 signatures à Berne. L'apport des chasseurs, avec seulement 287 signatures, a été décevant aux yeux du CD. Ce sujet sera certainement abordé lors d'une des prochaines rencontres avec Chasse Suisse.

La récolte d'argent peine
Jusqu'ici, la récolte d'argent pour alimenter le fonds de lutte de la FSP a été beaucoup moins réjouissante que la récolte des signatures. On s'en souvient: à la fin de 2004, le Comité central (CC) a approuvé la " campagne des billets de10 francs ". Il est vrai que la décision visant à collecter des fonds n'avait pas un caractère expressément contraignant. Le CC a tout simplement invité les sociétés affiliées à la FSP à affecter bénévolement 10 francs par membre au fonds de lutte. Si toutes les sociétés avaient répondu à cette invitation, 349'300 francs suisses seraient disponibles. Or, après une année et demie d'activité, ce ne sont que 96'195 petits francs qui ont été versés à la date du 31 juillet 2006! Seules 87 organisations étaient dans la planification, les 311 autres manquaient à l'appel. Trois fédérations cantonales seulement (Schaffhouse, Appenzell Rhodes-Extérieures, Thurgovie) ont versé plus qu'elles ne devaient. La grande majorité (311) des sociétés et des fédérations cantonales étaient totalement en retard ou l'étaient partiellement, y compris celles dont l'effectif des membres n'est pas négligeable: Berne, Zurich, Soleure, Aarau, Bâle-Campagne, les Grisons, Fribourg et Vaud. Si le fonds de lutte enregistrait une somme de plus de 102'000 francs à la fin de juin, c'était grâce aux dons assez généreux de nombreux privés.

Pas exagéré du tout
Manque donc l'argent des sociétés et des associations, soit au total quelque 253'000 francs. Cet argent est indispensable pour pouvoir poursuivre les travaux concernant l'initiative " Eaux vivantes " et pour constituer un socle propre à financer une éventuelle campagne de votation. Dix francs par membre, ce n'est pas exagéré et c'est réaliste. Chaque société plus ou moins bien gérée dispose d'une fortune qui dépasse généralement de beaucoup le montant souhaité par le CC.

Pour mémoire, les contributions doivent être versées à la Banque Raiffeisen, 4123 Allschwil 2, ccp 40-8710-9, en faveur du fonds de lutte FSP (compte No 81823.34).

Rolf C. Auer, caissier central, vous est reconnaissant pour chaque franc versé.


Le Parlement dans le viseur

La collaboration entre la FSP et les trois organisations de protection de l'environnement Pro Natura, le WWF et la Fondation de la Greina se poursuivra après le dépôt de l'initiative pour la renaturation " Eaux vivantes ".

Les quatre organisations envisagent de formaliser leur collaboration au sein d'une association à créer à l'enseigne d'un "Comité d'action Eaux vivantes ". L'approbation des organes compétents est nécessaire à cet effet. Pour la FSP, il s'agit du Comité central (CC). C'est durant la récolte des signatures, soit le 28 août dernier, que ce pas a été décidé par le groupe de travail institué sous la présidence de Werner Widmer, président de la FSP. La FSP y est encore représentée par Tobias Winzeler, chargé d'affaires, et Hans-Ulrich Büschi, vice-président. Font aussi partie de ce groupe de travail, Thomas Vellacott et Andreas Knutti pour le WWF, Beat Jans et Luca Vetterli pour Pro Natura, ainsi que Gallus Cadonau pour la Fondation de la Greina.

Réaliser des requêtes communes
La création de cette association n'aura pour but que de permettre de réaliser les objectifs visés par l'initiative de la FSP. Il s'agit évidemment aussi d'empêcher que les prescriptions concernant les eaux résiduelles " soient noyées " dans le cadre de la loi sur la protection des eaux, ainsi que d'empêcher une limitation du droit de recours dans la loi sur la protection de l'environnement de même que dans la loi sur la protection de la nature et du patrimoine. Dans un premier temps, les activités de l'association se concentreront sur le lobbying aux Chambres fédérales. A cet égard, les organisations partenaires de la FSP ont oeuvré avec compétence et succès dans la phase des travaux préparatoires. Le fait que l'initiative de la FSP a abouti a également eu des effets positifs sur les travaux des commissions parlementaires qui se penchent sur ces objets.

En parallèle, il y a lieu de vouer une attention particulière au travail médiatique. Les sujets en cause doivent être abordés et discutés régulièrement pour qu'une frange aussi large que possible du public les perçoive et les intègre. Toutes les activités de sensibilisation permettent de préparer le terrain en vue d'une éventuelle campagne de votation. L'association en assurerait également le financement.


tip-a-friend print

DOSSIERS EN LIGNE

La FSP a établi les dossiers en ligne détaillés sur les principaux domaines suivants :

Pesticides

Argumentaire des initiatives des pesticides et sur l'eau potable

Dossier Doubs

Online Dossier - sauver le Doubs

Migration piscicole vers l’aval (dévalaison)

Dossier en ligne  Le chemin de retour négligé

La petite lamproie

Dossier en ligne

FSP-Facebook

Visite la FSP sur Facebook

 

 

Commandez la Newsletter FSP

Commandez notre Newsletter et restez informé!

Abonnez-vous maintenant

Compte pour les dons FSP

CCP: 30-444852-8

 
Design & Technology by YOUHEY Communication AG, Burgdorf, Switzerland.