DeutschFrançaisItaliano
HomeContactDownloadsNewsletterAgendaLiens  RSS Recherche:
ACCUEILQui sommes nous?Les défisFormationPOISSON DE L'ANNÉEJOURNÉE DE LA PÊCHEARCHIVESSFV-Shop

Attestation de compétences : Les faits

La formation des pêcheurs et des pêcheuses sera obligatoire dès le 1er janvier 2009. La gestion de l'attestation de compétences a été confiée conjointement à la FSP et au magazine Petri-Heil.

Comme Hansjörg Dietiker l'a annoncé à la séance du Comité central, l'OFEV a accordé sa préférence au projet commun de la FSP/Petri-Heil en concurrence avec deux autres candidatures. Les contrats sont en voie d'élaboration. Les points essentiels en sont connus. La FSP s'occupera des cours et des instructeurs. Petri-Heil assurera l'administration. La nouvelle entité s'appelle « Réseau de formation des pêcheurs ». Le projet est le fruit du travail d'un comité de pilotage dont voici la composition : P. Steiner et E. Staub pour l'OFEV, P. Friedli (BE) pour les cantons, Rudolf Hauser pour la FSP et Hj. Dietiker pour le Brevet du pêcheur sportif.

Formation minimale
Tout pêcheur âgé de 14 ans révolus, qui se procure un permis valable plus d'un mois, devra suivre la formation minimale prescrite par le guide pratique (aide à l'exécution) élaboré par la Confédération à l'attention des cantons, pour prouver qu'il dispose de connaissances suffisantes pour l'exercice de la pêche. Cette formation sera sanctionnée par une attestation de compétences. Elle dure environ 3 heures, est complétée par un film, et le contrôle des résultats repose sur un test d'une vingtaine de questions. Le cours est voué au respect de la protection des animaux lors de l'exercice de la pêche, à la connaissance des poissons et de leur physiologie. Pour ces cours donnés par des instructeurs de la FSP, la Confédération mettra le matériel didactique et le test à disposition, ainsi qu'une présentation Power Point et le film. Le secrétariat général évaluera les réponses au questionnaire et remettra les attestations. Dès 2008, la FSP formera les instructeurs avec la collaboration de l'OFEV. La Confédération mettra le matériel nécessaire à disposition.

Les sociétés de pêche peuvent se charger des cours et du contrôle des résultats, à la seule condition qu'un instructeur de la FSP en assume la responsabilité. Elles sont libres d'offrir des cours dont le volet pratique serait plus poussé. Les cantons ont   tout loisir de prescrire des formations et/ou des examens plus poussés, voire d'adopter leur propre offre pour la formation minimale.

Promouvoir le Brevet du pêcheur sportif
Pour des raisons juridiques, l'OFEV ne peut pas, dans son guide pratique, faire état du Brevet suisse du pêcheur sportif qui s'est révélé efficace. Ce brevet fait l'objet d'une révision ; à l'avenir il comprendra l'attestation de compétences dans son intégralité. Les cantons qui ont déclaré ce brevet obligatoire pourront maintenir leur régime. La FSP souhaite que nombreux seront les cantons, qui ne l'ont pas encore fait, à déclarer obligatoire ce brevet tout à fait apte à attester les connaissances  dorénavant obligatoires pour l'exercice de la pêche. Elle invite les fédérations cantonales à s'impliquer dans ce but. Le réseau va informer sur les modalités de la formation débouchant sur l'attestation de compétences à l'occasion de manifestations régionales, et il incitera les sociétés à organiser les cours de formation, minimaux ou plus larges. Ce sera un forum idéal de recrutement. Dès que le secrétariat général sera installé, il ouvrira un service de Helpline (assistance téléphonique).

Le coût de l'attestation de compétences n'est pas encore fixé. Comme pour le brevet, il ne sera pas calculé en fonction de critères de rentabilité. Il sera probablement un peu plus avantageux que celui du brevet, qui subira une hausse légère en raison de son élargissement à l'attestation de compétences. L'OFEV soutiendra financièrement la phase onéreuse de lancement du réseau qui s'autofinancera par la suite.

Seront en principe libérés de l'obligation de se former, les détenteurs du Brevet suisse du pêcheur sportif, les détenteurs d'un permis de pêche depuis plusieurs année et les pêcheurs qui ont suivi une formation cantonale. Un dépliant  avec des informations sur les connaissances indispensables à l'exercice de la pêche, notamment en ce qui concerne la protection des animaux et les prescriptions cantonales, sera remis aux détenteurs d'un permis de courte durée (moins d'un mois), aux personnes qui pratiquent la pêche libre et aux jeunes de moins de 14 ans, qui tous ne sont pas astreints à la formation obligatoire.


Prédateurs et réforme des structures à l'ordre du jour de la séance d'automne du CC

Deux objets étaient au centre de la séance d'automne du Comité central (CC) : la question des prédateurs et la réforme des structures de la FSP.

Le 15 septembre, la séance du CC a débuté par le rapport sur le « conflit des cormorans ». Après l'information de Martin Peter, responsable du ressort «Protection des espèces », sur l'échec de la séance d'août du groupe de travail « Cormoran et pêche » -  le JSP 10/07 en a rendu compte  (www.sfv-fsp.ch) - Thierry Potterat, vice-président a pu communiquer que le conseiller national John Dupraz déposerait une motion. Celle-ci demandera au Conseil fédéral de prendre les mesures adéquates pour gérer la population des oiseaux piscivores (voir rapport spécial). C'est très satisfait que le CC a pris connaissance de ce pas important sur la voie d'une régulation efficace des prédateurs.

Indépendamment de ce qui se passe sur le plan politique, la FSP se réserve de se retirer des plans de mesures 1996 et 2005 sur le cormoran. Le CC a chargé le Comité directeur (CD) d'instituer au sein de la FSP un groupe de travail « Prédateurs »,  chargé de la conseiller sur toutes les questions ayant trait à la gestion des prédateurs. Les membres de ce groupe de travail seront désignés par le CC lors de sa séance du 17 novembre. Celui-ci se penchera aussi sur la question du retrait de la FSP des plans de mesures.

 

La réforme des structures est différée
Après une longue discussion, le CC a approuvé par 17 voix contre 9 la proposition unanime du CD (sous réserve d'une voix) de différer d'un an la réforme des structures et la révision des statuts, prévues à l'origine pour l'AD de 2008. Vu la charge de travail que fera peser sur le CD, ces prochains temps, des objets aussi importants que l'initiative populaire de la FSP, l'introduction de l'attestation de compétences, la question des prédateurs et le dossier toujours en suspens de la protection des animaux, Werner Widmer, président central, estime qu'on peut sans autre prendre la responsabilité de surseoir à cette affaire. Il ne faut pas non plus oublier qu'il serait indiqué d'associer le futur ou la future chargé-e d'affaires aux discussions sur les structures. Un appel de candidatures a actuellement lieu par voie d'annonce. Avant d'approuver la révision des structures et des statuts, il faudra  apporter une réponse à la question du financement de la fédération à long terme. Les opposants au renvoi de l'objet ont fait valoir que, dans la mesure où l'AD 2007 avait approuvé les principes de la réforme, il devrait être possible de réviser les statuts jusqu'à l'AD 2008. Leur demande a cependant été rejetée par une grande majorité des membres du CC qui ne la considéraient pas comme prioritaire.

 

D'autre part...
Le CC a appris avec satisfaction que l'OFEV avait décidé de confier conjointement à la FSP et au magazine Petri-Heil l'organisation et l'administration de l'attestation de compétences, obligatoire à partir de 2009. Voir le rapport spécial à ce sujet.

 

La FSP fêtera ses 125 ans l'année prochaine. La célébration de cet anniversaire aura lieu les 17 et 18 mai 2008 dans le cadre d'une assemblée des délégués commémorative de deux jours, à Interlaken. Le programme-cadre a déjà été établi par le comité d'organisation placé sous la direction de Roland Seiler, président de la FCBP. On peut le consulter sur le site de la FSP : www.sfv-fsp.ch.

 


Conseil national : Des mesures contre les oiseaux piscivores sont requises

Ça bouge sur le front des prédateurs. Par une motion, le conseiller national Dupraz exige des mesures pour limiter la population des oiseaux piscivores.

John Dupraz est un pêcheur passionné et fortuné, comme le prouve notre photo prise le 6 mai passé à Nyon.

On y arrive. Par le biais d'une motion - intervention contraignante - le Conseil fédéral et les services compétents en la matière sont tenus de prendre des mesures adéquates pour contrer l'augmentation de la population des grands cormorans, des hérons cendrés et des harles-bièvres. C'est ce qu'exige la motion déposée durant la session d'automne par le conseiller national John Dupraz, qui se retire malheureusement du Parlement. A cet effet, il faudra modifier la loi fédérale sur la chasse.

Dans le développement de sa motion, l'auteur  - un  pêcheur actif sur le lac - fait référence aux discussions qui depuis les années 1990 perdurent sans pour autant que des mesures permettent de gérer efficacement la population de ces oiseaux piscivores. Ceux-ci sont une des causes essentielles de la diminution des ressources piscicoles. Et bien que différentes études l'aient prouvé, « les mesures prises sont nettement insuffisantes », constate Dupraz. Pour pouvoir mieux résoudre le problème qui varie localement ou régionalement, l'auteur de la motion souhaite que par le biais d'une modification de la loi fédérale sur la chasse les cantons aient la compétence de procéder à une régulation sur les cours d'eau et les étendues d'eau de moins de 50 ha (zones de non-intervention selon les plans de mesures sur le cormoran).

 

Une nouvelle colonie de cormorans s'est établie sur les îlots de protection contre l'érosion de la zone marécageuse de la Grande Cariçaie, à proximité de la réserve naturelle de Champ Pittet, près d'Yverdon-les-Bains. Ces prédateurs y nicheront certainement au printemps prochain.

John Dupraz exige par ailleurs une solution appropriée pour les nuisances causées à l'exercice de la pêche professionnelle du fait que les cormorans endommagent les filets et blessent les poissons capturés qui ne peuvent plus être commercialisés.

On ne sait pas encore quand le Conseil fédéral se prononcera sur cette intervention parlementaire et quand le Parlement en débattra. Il est fort peu probable qu'on pourra intervenir au Fanel sur le lac de Neuchâtel, notamment,  lors de la prochaine période de nidification déjà. Mais pour que la question des prédateurs soit vraiment perçue par les autorités cantonales compétentes, il faudrait que des interventions parlementaires du type Dupraz se fassent  au niveau des parlements cantonaux.

Le texte original de la motion Dupraz est publié sur le nouveau site attractif de la FSP (www.sfv-fsp.ch). Le consulter en vaut la peine.

D'ici que le Parlement traitera la motion Dupraz, les travaux de rénovation du Palais fédéral seront terminés et les empaquetages éloignés.
tip-a-friend print

DOSSIERS EN LIGNE

La FSP a établi les dossiers en ligne détaillés sur les principaux domaines suivants :

Pesticides

Argumentaire des initiatives des pesticides et sur l'eau potable

Dossier Doubs

Online Dossier - sauver le Doubs

Migration piscicole vers l’aval (dévalaison)

Dossier en ligne  Le chemin de retour négligé

La petite lamproie

Dossier en ligne

FSP-Facebook

Visite la FSP sur Facebook

 

 

Commandez la Newsletter FSP

Commandez notre Newsletter et restez informé!

Abonnez-vous maintenant

Compte pour les dons FSP

CCP: 30-444852-8

 
Design & Technology by YOUHEY Communication AG, Burgdorf, Switzerland.